Jazz au féminin

L'une des grandes attractions du Gaume Jazz 2013, c'est Noa, qui viendra avec son arrangeur attitré – le guitariste Gil Dor – et le Solis String Quartet
L’une des grandes attractions du Gaume Jazz 2013, c’est Noa, qui viendra avec son arrangeur attitré – le guitariste Gil Dor – et le Solis String Quartet

29e Gaume Jazz Festival, à Rossignol (B), du 9 au 11 août.

Le Gaume Jazz Festival jongle, depuis près de trois décennies, entre artistes renommés et découvertes. Son édition 2013 aura une touche particulièrement féminine.

C’est une voix d’or qui donnera le ton de la présence en force du sexe dit faible dans le parc bucolique et chatoyant du Centre culturel de Rossignol. L’Israélienne Achinoam Nini – alias Noa – a chanté pour les plus grands: Stevie Wonder, Sting ou Santana. Avec son propre répertoire, elle délivre un message de paix, et ses vocalises relèvent du divin. Le grand public se souvient de son duo poignant, lors du concours Eurovision 2009, avec la Palestinienne Mira Awad. Celle qui passé son enfance à New York sera l’une des grandes attractions du Gaume Jazz 2013. Elle y viendra avec son arrangeur attitré – le guitariste Gil Dor – et le Solis String Quartet, qui l’accompagne sur scène depuis plus de dix ans. De quoi conclure en apothéose, dimanche soir, un festival qui promet une nouvelle fois de belles envolées musicales.

Avant la diva juive, d’autres femmes du jazz auront l’occasion de renforcer le fil rouge de cette 29e édition. Ce sera le cas, dès le vendredi, de Tutu Puoane, qui rendra un vibrant hommage à Mama Africa – la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba –, soutenue par les musiciens du Brussels Jazz Orchestra. Eve Beuvens s’est vue confier une carte blanche par les organisateurs. Fuyant les atmosphères intimistes qui lui sont chères, la pianiste du plat pays s’est entourée de six musiciens explosifs pour interpréter sa création, Heptatomic.

[cleeng_content id= »883147592″ description= »Pour lire la suite de cet article, vous avez la possibilité de l\’acheter à l\’unité ou via un abonnement » price= »0.49″ t= »article »]A cœur et en chœur

Une autre reine belge des claviers, Nathalie Loriers, a, elle, décidé de s’associer à la saxophoniste néerlandaise Tineke Postma. Une rencontre inédite entre deux talentueuses interprètes que viendra renforcer la contrebasse de Philippe Aerts.

Armée seulement de son violoncelle, Marine Horbasczewski relèvera, quant à elle, un défi redoutable: la prestation solo.

Mais le Gaume Jazz Festival ne limitera pas uniquement sa programmation – forte de 25 concerts – à la gent féminine.

Parmi les autres spectacles à épingler, on retiendra aussi le concert d’Eric Legnini (lire page 20). Ses touches noires et blanches martèleront cette fois les rythmes et les mélodies de Swing Twice, un album qu’il viendra présenter avec son Afro Jazz Beat.

La Hollande aura aussi les faveurs du programme, puisque – outre Tineke Postma – on retrouvera à l’affiche Nordanians, Kapok et Tin Men & The Telephone.

Après Pascal Schumacher et Claudine Muno, Maxime Bender aura l’honneur de représenter le Luxembourg en Gaume.

Il y défendra un projet européen, Zip, aux côtés du bassiste allemand Oliver Lutz, et de deux Français, Manu Codja à la guitare et Anne Paceo à la batterie.

En parallèle au festival, le Gaume Jazz organise, dès la semaine prochaine, un stage résidentiel pour musiciens amateurs et des ateliers créatifs – entre musique et arts plastiques – réservés aux enfants de 6 à 12 ans.

Car, quel que soit son genre, c’est en chœur que Rossignol chantera la note bleue, en plein cœur de la Gaume.

Eric Bussienne

Infos sur: www.gaume-jazz.be.
[/cleeng_content]