Intersections musicales pour l’Orchestre de Chambre

Sylvie Martin/Saison 2015-2016 de l’Orchestre de Chambre du Luxembourg (OCL)

L’OCL bouge: David Reiland passe le flambeau de la direction artistique à Jean Muller, tout en restant directeur musical. Une passation assortie d’un nouveau cycle «Akash-» à la Phiharmonie.

L’histoire de l’OCL continue de s’écrire. Après des débuts estampillés «Les Musiciens», suivis en 2004 d’une nomination par la ministre de la Culture en tant qu’Orchestre de Chambre du Luxembourg, voici que l’ère David Reiland se termine en douceur. Ceux qui suivent l’orchestre depuis ses débuts ont su apprécier la sensibilité, le professionnalisme mais surtout la musicalité exceptionnelle que ce chef a su donner à l’orchestre et à ses musiciens. Son bilan en trois années de direction artistique, de 2012 à 2015, est particulièrement riche: outre cette «métamorphose artistique», David Reiland a osé emmener les musiciens au-delà du répertoire classique, jusqu’à Toshio Hosokawa, De Falla, Sibelius… Il a fait ainsi entrer plus de 130 nouvelles œuvres dans le répertoire de l’orchestre. «Je voulais donner l’image la plus complète d’un orchestre de chambre… qui a toujours été un laboratoire pour les compositeurs. Il est important de jouer les chaînons manquants du répertoire entre le XVIIIe siècle et aujourd’hui», explique David Reiland.

Semi-relève

Grâce à lui, l’OCL attire au Luxembourg de jeunes chefs venus de toute l’Europe dans le cadre d’un workshop international de direction d’orchestre, «différent chez nous, par son côté interactif. C’est l’orchestre qui dit au chef ce qu’il perçoit… Ce qu’on n’a nulle part ailleurs et surtout pas dans la réalité du métier». D’autres horizons «très excitants pour un jeune chef» appellent désormais David Reiland: l’opéra de Saint-Etienne & Loire où il a récemment été nommé premier chef invité, celui de Lausanne, le Bayerische Rundfunk Orchester, ainsi que de nombreuses autres invitations, notamment à la Philharmonie de Paris et à l’Orchestre National de Belgique.

Cette saison sera marquée par une semi-relève, celle du pianiste Jean Muller, artiste en résidence de cette saison 2015/16, qui prendra la direction artistique de l’OCL dès juillet prochain, David Reiland conservant la direction musicale de l’orchestre. Jean Muller dirigera également lui-même l’orchestre le 21 février dans un programme Mozart Haydn. Dans le cadre de sa résidence, il interprétera deux autres concerts, allant du jazz à Mendelssohn.

Concocté spécialement par David Reiland, le cycle de concerts à la Philharmonie s’appelle «Akash-», un terme sanskrit «poétiquement défini comme étant indivisible, éternel, tout pénétrant et essentiellement imperceptible». David Reiland a ainsi conçu le cycle de sorte que «chaque compositeur que j’ai choisi a reçu un stimulus extra musical. Il est intéressant de voir comment ce stimulus va susciter des œuvres qui ont la même essence mais qui peuvent être diamétralement opposées». Le premier des cinq concerts sera donné le 11 octobre avec le violoniste Lyonel Schmit, dans des œuvres de Chostakovitch et Bartok. Le concert du 6 décembre, quant à lui, proposera «le mariage le plus hétéroclite» avec Webern, Saint-Saens et Beethoven. Voici donc une saison à la programmation particulièrement affutée et émotionnellement très exigeante. L’occasion de profiter encore de la magie musicale que crée la baguette de David Reiland qui, s’il «garde un lien musical avec l’orchestre», se fera de plus en plus rare à la direction de l’OCL.

Infos: www.ocl.lu