Honni soit qui mal y pense / Balthus à la Fondation Beyeler à Bâle

Sophie Hedtmann / Balthus aurait adoré que plus de 80 ans après ses premiers tableaux, ceux-ci eussent encore et à nouveau le pouvoir de faire bouillir les esprits, voire d’être censurés. Une pétition a ordonné au Metropolitain le retrait de Thérèse rêvant (demande refusée). La pause de la jeune fille, les yeux clos, assise, les
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.