Grain de sable / Scandale d’Etat à la française

Jacques Hillion / La machine Macron s’est grippée. Et le grain de sable qui a bloqué le «maître des horloges», personne ne l’avait vu venir. Ni au Château, parmi les proches du président français, ni dans les rangs de la majorité qui s’est montrée très rapidement débordée une fois l’affaire Benalla révélée par le journalLe Monde.

Voici donc un jeune homme, Alexandre Benalla, proche du couple Macron, qui aime donner du poing contre des manifestants sans pourtant en avoir l’autorité. Qui plus est, il bénéficierait d’avantages et d’une protection certaine. Il n’en fallait pas plus pour qu’une bavure de subalterne devienne un scandale d’Etat sous l’impulsion des députés de l’opposition. Lesquels ont réussi à mettre sur pied une commission d’enquête et à paralyser l’action du gouvernement.

Si Alexandre Benalla a été mis, dès dimanche, en examen, la commission d’enquête n’a guère apporté de réponses, si ce n’est des soupçons de «copinage» à l’Elysée même sur ce drôle de personnage, ses activités et son pouvoir réel. Les zones d’ombre restent actuellement trop nombreuses.

Et là encore, aucun éclaircissement n’est venu de la part d’Emmanuel Macron, qui a attendu six jours avant de prendre la parole. Six longues journées de silence pour finalement assumer la responsabilité des dysfonctionnements – «le seul responsable, c’est moi» – et récuser la «République des fusibles».

Le coup est habile puisqu’il retrouve la mainmise sur le temps politique qui a déjà été mis à mal avec le report au mois de septembre de la réforme constitutionnelle. Pour un président jupitérien, «maître des horloges», censé sortir la France de «trente ans d’arthrose» et donner un nouveau souffle à l’Europe, les réformes ne peuvent que courir, se suivre à un rythme soutenu sans tenir compte des oppositions. Pour certains, l’affaire Benalla ne serait qu’une piètre tentative pour freiner l’allant de réformes d’Emmanuel Macron. Sauf bien sûr si les agissements de ce conseiller à la sécurité ne sont que des survivances bien françaises de la Ve République.

Qui a dit que le vieux monde était de retour? A moins qu’il ne soit finalement le même et que l’entreprise Macron ne soit qu’une mainmise politique sur le centre, accompagnée d’une belle opération de communication qui vient de connaître son premier grain de sable de taille.