Goodbye Philip Roth / Disparition d’un grand chroniqueur de l’Amérique

Corina Ciocârlie / Rétrospectivement, on pourrait dire qu’il y avait quelque chose de prémonitoire dans ses derniers titres: La Bête qui meurt, Exit le fantôme, Le Rabaissement, Némesis, c’était comme la chronique d’une fin annoncée – et cela d’autant plus que Philip Roth comptait bel et bien d’arrêter d’écrire en 2012. La reconnaissance, il l’avait
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.