Le gai désespoir /«Loveless» d’Andreï Zviaguintsev

Manfred Enery /Le 5e film d’Andreï Zviaguintsev rebondit tel un galet fou sur les précédents qui racontent une épopée intime sans pareille: celle de la Russie d’aujourd’hui malmenée par des sournoiseries politiques. Ainsi révèle-t-il plus que jamais ce qu’on appelle, à défaut de mots plus transparents, l’âme russe. Tourgueniev, Tchekhov ou Tarkovski, à travers le
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.