France/Brigitte Macron, l’ex-prof devient première dame

Elle a fait la couverture de dizaines de magazines, elle a été au premier rang des meetings de son époux, qui a promis de créer pour elle un statut officiel de Première dame: Brigitte Macron, l’ex-professeur du président élu, intrigue le public.

L’histoire atypique de son couple – Brigitte Macron a 24 ans de plus que son mari- suscite les interrogations. Quand elle rencontre Emmanuel Macron au début des années 90, Brigitte, à l’époque Auzière, est mariée, ses enfants adolescents. La rencontre s’est faite lors d’un atelier de théâtre qu’elle anime alors au lycée jésuite de La Providence, à Amiens: la professeur de français de 39 ans est « totalement subjuguée » par l’intelligence du lycéen de 15 ans.

Plusieurs années plus tard, quand les rumeurs sur leur relation commencent à circuler dans la capitale picarde, l’affaire passe mal. Mais elle tient bon. « Quand je décide quelque chose, je le fais », raconte-t-elle dans « La stratégie du météore », un documentaire consacré à son mari. En 2006, elle divorce du banquier André Louis Auzière et épouse l’année suivante Emmanuel Macron au Touquet. Elle le rejoint à Paris, où elle enseigne au lycée jésuite Saint-Louis de Gonzague. Carré blond à la Mireille Darc, bronzée, « Bibi » sait que cette différence d’âge fait jaser et inspire nombre de caricatures plus ou moins ordurières. Celle qui a aujourd’hui 64 ans préfère s’en moquer: « Il faut qu’Emmanuel soit élu cette année sinon vous imaginez ma tête dans cinq ans! » Emmanuel et Brigitte, c’est un couple « fusionnel », disent beaucoup. « Complice plutôt », dit l’animateur Stéphane Bern, qui l’a « entendue dix fois dire +Je ne suis pas d’accord avec Emmanuel+ ». Mais d’autres s’étonnent: « Quand on aime quelqu’un, on n’a pas besoin de surjouer », dit un ami, pour qui « ce couple est une énigme ». Brigitte, « toujours présente et encore davantage, sans laquelle je ne serais pas moi »: au soir du premier tour de la présidentielle Emmanuel Macron la remercie et l’embrasse, après être monté sur scène avec elle, main dans la main.

– « Pas une bringueuse » –

Comme lui, Brigitte Macron est née à Amiens, dans une famille de notables, propriétaire d’une célèbre pâtisserie: « Trogneux, c’est les macarons, c’est une famille importante ». Souriante, chaleureuse, positive, simple – on ne l’a « jamais entendue dire du mal de quelqu’un », « je ne connais pas une personne qui ne soit pas tombée sous son charme », assurent des proches. Grégoire Campion l’a rencontrée sur la plage au Touquet il y a « plus de 40 ans » – ils étaient voisins de cabine de plage.

Brigitte jeune, « c’était pas une bringueuse », elle était « très instruite », dit celui qui est devenu un fervent soutien de son mari. Elle a hérité de sa mère une maison au Touquet, où elle passe de nombreux week-ends en famille. De son premier mariage, elle a trois enfants devenus ingénieur, cardiologue et avocate, très impliqués dans la campagne d’Emmanuel Macron, et sept petits-enfants. Comme Stéphane Bern, de nombreux « people » dînent aujourd’hui à la table des Macron: Pierre Arditi, Marc-Olivier Fogiel, Line Renaud, Philippe Besson. On prête à cette amatrice de littérature et de théâtre d’avoir introduit son mari au monde de la culture à Paris. Mais celle qui a appelé Carla Bruni-Sarkozy pour lui demander des conseils sur la gestion de son image « n’aime pas les projecteurs », assure François Patriat, sénateur ex-PS et macroniste de la première heure.

Difficile à croire quand on a vu Brigitte Macron en maillot de bain, en couverture de Paris Match, sur une des nombreuses photos « volées » d’un couple qui n’hésite pas à se mettre en scène. Son omniprésence fait grincer des dents mais l’équipe entourant le couple l’assure: « Elle n’a aucun rôle, elle n’assiste pas aux comités politiques ». Pourtant, « s’il ne la voit pas pendant une heure, il l’appelle », raconte M. Patriat. Et lorsqu’Emmanuel Macron a fait des adieux émus au cabinet du ministère de l’Economie, l’été dernier, elle était là aussi pour remercier ces proches.