FISE: «Montpellier, faites du bruit!»

Reportage: Alexeji Nickels

Du 4 mai au 8 mai la ville de Montpellier s’est transformée en un énorme parc d’attraction pour les passionnés des sports extrêmes. Dans 5 disciplines sportives (Wakeboard, Skateboard, Bmx, Roller et Trottinette) les amateurs tant que les professionnels se sont défiés sur les différentes rampes. Un spectacle extraordinaire qui a attiré cette année 600 000 spectateurs et plus de 250 journalistes.
Fondé en 1996 par Hervé André Benoît, le Festival International des Sports Extrêmes est aujourd’hui le plus grand festival de son genre en Europe et le plus grand festival gratuit dans le monde. A son origine, le budget s’élevait à environ 15 000 euros, un chiffre qui a été multiplié par 200 en 2016. En 2015 plus de 550 000 visiteurs ont participé à cet événement, or cette année tous les records ont été battus. 35 compétitions sur 5 jours ainsi que 1800 athlètes venus de 4 continents y ont participé.

asddeA côté des parcs, diverses animations ont été proposées, slackline, kayak polo, yoga ainsi que de nombreuses autres activités ludiques. Pour la deuxième fois dans l’histoire du FISE le Street-art y a été intégré, attirant des tagueurs renommés comme par exemple Vince et Shore provenant de la banlieue parisienne. Reste à noter que le festival a été parrainé par la ville chinoise Chengdu, ville jumelée avec Montpellier et une des étapes de la FISE World Series.
En effet, le festival qui retrouve son berceau dans la capitale de l’Hérault est en train de se propager dans le monde entier. Canada, Chine, Croatie, Malaisie, le FISE est devenu un rival considérable des X Games.
L’événement extrême était aussi la première étape de la coupe du monde de BMX. Une nouvelle formule qui a été développée en collaboration avec l’union cycliste internationale et un premier pas vers les jeux olympiques selon de nombreux experts. Les avis au sujet du nouveau système sont néanmoins partagés.

Il s’agit évidemment d’une compétition sportive, mais la multitude d’animations proposées, le son pulsatif des différents DJs et la proximité des riders créent plutôt une ambiance de fête. Après les compétitions la plupart des visiteurs se retrouvent aux nombreuses soirées proposées par l’organisation. D’ailleurs il ne faut pas être étonné si les célébrités des sports extrêmes apparaissent tout d’un coup à côté de vous pour s’amuser à leur tour.
Le FISE est simplement un mode de vie, réunissant tous les éléments diversifiés de la culture urbaine.

On parle luxembourgeois au FISE

aserMontpellier, une des plus anciennes villes étudiantes de France, accueille à peu près 40 000 étudiants, parmi eux de nombreux Luxembourgeois. Ce n’est donc pas étonnant d’entendre la langue luxembourgeoise à l’occasion du FISE.
fiseimgLoïc Tavares, 20 ans, est un étudiant luxembourgeois à la faculté de Droit de Montpellier.
Durant le festival international des sports extrêmes, il change les amphithéâtres contre les rampes des différents parcs pour y travailler en tant que bénévole. «Il s’agit de mon premier FISE, c’est hyper relax en, l’ambiance est détendue et nous essayons de combiner le travail avec la fête. »
Quant à l’entente entre les bénévoles, Loïc nous affirme : « Il n’y a pas de barrières, nous sommes devenus une véritable petite famille. »
« Un événement d’une ampleur inimaginable au Luxembourg » estime le jeune étudiant. La proximité avec les riders et les sorties en équipe vont rester des souvenir inoubliables. «J’envisage de m’intégrer pendant un mois dans l’équipe de montage pour la prochaine édition du FISE.»

Le Street Art s’invite

ssrt

Vince

Cet artiste pratique un Street-Art engagé et itinérant. Il est toujours dans une dynamique de rencontre, qui comporte souvent un aspect participatif. Il peint des portraits en France et lors de ses nombreux voyages à l’étranger. Vince est un artiste engagé, il milite en faveur des valeurs de la culture et de l’éducation populaire au travers d’une proximité solidaire d’échange et de partage. Source:fise presse

Shore
Grand passionné de typographie et de formes géométriques, ses œuvres sont pleines de précision, de couleurs, de volumes… De plus, il développe de nombreuses activités comme des peintures pour entreprises, pour particuliers, des projets associatifs et des expositions. Sa définition du graffiti pourrait être : une véritable source d’enrichissement et un moyen de laisser libre cours à son imagination. Source: fise presse
«Pour moi le Street-art est une forme de peinture qui est basée sur la valeur de la solidarité. C’est pourquoi nous venons de taguer le mot solidarité en chinois. La différence entre notre art et la peinture classique, c’est le fait que notre art est gratuit est accessible à tout le monde. » 
Venus de la région parisienne les deux artistes Shore et Vince ont été invités, afin de faire découvrir leur passion artistique. «A la base nous sommes passés par le graffiti», un mouvement de jeunesse explique Vince, «comme d’autres ont fait du skate ou du BMX, nous nous sommes lancés dans cette expression artistique.»
Le festival international des sports extrêmes constitue une plateforme idéale, étant donné que le graffiti comme les différentes disciplines sportives, fait partie de la culture urbaine.
«Le FISE représente les mêmes valeurs que notre art, d’un côté c’est gratuit et donc accessible à toutes les classes sociales, sans barrières et d’autre part c’est populaire et familial,» décrit le tagueur.

Le FISE comme lieu de fête

DSC00112Le FISE est non seulement une compétition sportive, mais aussi un énorme lieu de fête. Ainsi, les journées finissent tardivement. Nombreuses sont les soirées proposées à l’occasion du festival. Les hotspots préférés restent l’Australian Bar et le O’Sullivans situés sur le parcours du FISE et accueillant tous les jours de différents DJs.
Des Beats, des files d’attente et beaucoup d’alcool !
L’ambiance est détendue la bière coule àflots, les visiteurs dansent aux rythmes du Hip Hop, les barmans jonglent avec les bouteilles et montent sur le bar pour inciter les gens à danser.
Vers 3h00 du matin les fêtards se dispersent, les uns continuent dans d’autres discothèques les autres rentrent afin de se reposer pour recommencer une journée de folie au FISE.