Pas facile de dire adieu à Dieu / L’Etat consomme sa séparation avec l’Eglise par l’enterrement des antiques «fabriques»

Thierry Nelissen / On peut tout essayer: il n’y a pas de recette miraculeuse pour se débarrasser de Dieu. Le regain de l’église orthodoxe en Russie, après la parenthèse communiste, n’en est qu’une preuve parmi bien d’autres. A fortiori, au Luxembourg, où il n’était pas question de brûler dieu ou idole, juste de lui donner
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.