Les eurodéputés pour l’interdiction des produits en plastique à usage unique

Les eurodéputés se sont largement prononcés mercredi en faveur de l’interdiction prochaine de certains objets en plastique à usage unique, comme les cotons-tiges ou le matériel de pêche.

La Commission avait proposé fin mai d’interdire une dizaine de catégories de produits à usage quotidien, qui représentent à eux seuls 70% des déchets échoués à la fois dans les océans et sur les plages.

Parmi ces produits, les couverts, les assiettes, les pailles, les mélangeurs de cocktails, les tiges de ballons gonflables ou encore les touillettes, qui devront, à la place, être fabriqués avec des matériaux plus durables.

Dans un texte approuvé mercredi à une vaste majorité (571 voix pour, 53 contre et 34 abstentions), le Parlement réuni à Strasbourg a proposé d’ajouter à cette liste des produits comme les emballages de fast-food en polystyrène ou encore les produits « oxoplastiques », supposés biodégradables, mais qui se fragmentent en réalité en microparticules de plastique.

« Chaque minute, une tonne de plastique est déversée dans nos océans », a souligné l’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi, qui se félicite de ce vote « malgré le lobbying massif des industriels du plastique ». « Personne ne meure de boire sa boisson sans paille, mais combien de poissons sont morts à cause de tels objets en plastique », a lancé la socialiste Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy.

La Commission propose par ailleurs de limiter la consommation d’une autre catégorie de produits, pour lesquels il n’existe par d’alternatives, comme les emballages à usage unique des burgers, des sandwichs ou des fruits.

Dans le texte approuvé mercredi, les députés proposent d’y ajouter les déchets issus des produits du tabac, en particulier les filtres à cigarette contenant du plastique, pour qu’ils soient réduits de 50% d’ici 2025 et de 80% d’ici 2030.

« Le Parlement européen est entré dans l’histoire », s’est réjouit Justine Maillot au nom de Rethink Plastic, une alliance d’ONG pour un avenir sans plastique. « C’est maintenant aux gouvernements nationaux de garder une ambition haute et de résister à la pression des entreprises », a-t-elle ajouté. Le Conseil de l’UE, qui représente les Etats membres, doit lui aussi se prononcer sur le texte de la Commission, ce qu’il espère réaliser d’ici la fin de l’année.

Des négociations en « trilogue », selon le jargon européen, pourront alors débuter entre le Parlement, le Conseil et la Commission pour s’accorder sur un texte final.

La Commission aimerait voir la nouvelle directive aboutir avant la fin de son mandat en 2019, pour une entrée en vigueur des règles pas avant 2022. Des interdictions existent par ailleurs déjà au niveau national, en France par exemple, où les gobelets et assiettes en plastique seront interdits au 1er janvier 2020.