Envie de vomir / Pourquoi pas?

Toutes celles et ceux qui croient en une Europe forte, ambitieuse, généreuse et orientée vers l’avenir ont été déçus ces jours-ci. Quel triste spectacle offert par les différents gouvernements! Des chefs de gouvernement nationalistes et populistes prennent en otage le projet européen, écartant toute idée de solidarité.

Peu après l’accession au pouvoir du nouveau président américain Donald Trump avec son slogan populiste «America First», nombre de pays ont vu apparaître des parodies sur cette approche avec des slogans comme «Luxembourg First».

Or aujourd’hui, le fait est que de plus en plus de pays prennent des virages nationalistes et populistes dramatiques. Des «minis Trump» envahissent la scène politique dans différents pays, surtout européens, avec un succès grandissant. Donc dans une région du monde qui a tellement souffert par le passé des nationalismes. Ces dirigeants mettent à mal cette Europe bâtie, à l’origine, sur un projet de paix et de solidarité en promouvant populisme, égoïsmes et divisions. Quelle est l’image qui est actuellement véhiculée à propos de l’Europe?

Evidemment, cette Europe a des défauts, doit se remettre en question régulièrement et trouver des réponses aux enjeux européens, mais il ne faut jamais oublier que cette Europe est également à l’origine de la plus longue période de paix et de stabilité politique. A la sortie de la Seconde Guerre mondiale, les pères fondateurs l’ont délibérément construite sur le respect, les valeurs humanistes, la solidarité et les droits de l’homme. La construction européenne a été un franc succès, il suffit de regarder les avancées dans tous les pays qui ont rejoint successivement la communauté de pays ou la monnaie unique. L’accueil de réfugiés a pendant de longues années été une des expressions d’une Europe ouverte et généreuse, mais cela ne doit jamais être ou devenir un enjeu politique!

Et pourtant, nombreux sont ceux qui croient devoir détruire tout cela pour une banale victoire électorale politicienne. Ni Trump ni aucun de ceux qui l’imitent n’ont réussi à améliorer leur situation nationale dans un monde de plus en plus global et dans lequel même une Europe unie perd en importance. Ils n’ont tout simplement pas compris ou voulu saisir les chances d’une Europe unie et garantissant l’égalité entre les hommes. Souvent, ces discussions vont de pair avec une attitude arrogante consistant à réduire les Etats membres à leur taille et à considérer uniquement l’importance de l’activité économique des Etats membres, entraînant ainsi nécessairement la fin de l’idée européenne. Winston Churchill a écrit sur cette question dans son fameux discours à la jeunesse de l’Europe du 19 septembre 1946 à Zurich: «Si l’on veut mener à bien sincèrement l’œuvre de construction des Etats-Unis d’Europe, leur structure devra être conçue de telle sorte que la puissance matérielle de chaque Etat sera sans importance. Les petits pays compteront autant que les grands et s’assureront le respect par leur contribution à la cause commune.» Souvent, et notamment en matière de solidarité, ce sont les petits pays qui montrent le chemin.

Maurice Bauer