Emmanuel Macron plébiscité par les Luxembourgeois

Selon un sondage réalisé par l’institut de sondage français IFOP pour le Tageblatt, Emmanuel Macron est le candidat favori des électeurs luxembourgeois.

Mélenchon et Le Pen relégués loin derrière Macron, Fillon et Hamon

Selon les résultats de cette enquête d’opinion menée les 12 et 13 avril 2017 auprès d’un échantillon représentatif composé de 631 personnes âgées de plus de 18 ans, 45% des Luxembourgeois sondés voteraient pour Emmanuel Macron.

Le candidat Les Républicains, François Fillon, arriverait, loin derrière, en seconde position, avec 17% des suffrages, suivi de près par le candidat socialiste, Benoît Hamon (16%). Le candidat de gauche Jean-Luc Mélenchon (7%) et la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen (9%) sont décrochés au Luxembourg, alors qu’ils font partie du quatuor de tête des électeurs français. Jean Lassalle (3%), Nathalie Arthaud (2%) et Nicolas Dupont-Aignan (1%) sont les trois autres des onze candidats en lice à recevoir des suffrages.

Marine Le Pen est la candidate la plus connue des sondés luxembourgeois. Seuls 7% ignorent l’existence de la candidate du Front national, contre 15 % qui ne connaissent pas François Fillon, 24% Emmanuel Macron, 43 % Jean-Luc Mélenchon et 47 % Benoît Hamon.

61% des sondés se disent intéressés par la campagne française, contre 39 %, qui, au contraire, marquent leur désintérêt.

Macron est en tête au LSAP, au CSV et au DP, Hamon chez Déi Gréng, Le Pen à l’ADR et Mélenchon chez Déi Lénk

Emmanuel Macron arrive en tête chez les électeurs des trois principaux partis, et en deuxième position chez les trois autres. Ainsi, 55 % des électeurs déclarant avoir voté pour le CSV en 2013, 59 % de ceux ayant soutenu le DP et 51 % de ceux ayant donné leur voix au LSAP  voteraient pour Emmanuel Macron s’ils participaient au premier tour de l’élection présidentielle qui se tient le dimanche 23 avril.

A noter que seuls 26 % des électeurs du LSAP voteraient pour le candidat du parti socialiste Benoît Hamon, tandis que seuls 24 % des électeurs du CSV porteraient leur choix sur le candidat Les Républicains, François Fillon.

Chez les électeurs de Déi Gréng, Emmanuel Macron (28 %) arrive juste derrière Benoît Hamon (32 %) auquel s’est rallié le candidat vert, l’eurodéputé Yannick Jadot. A noter qu’avec 22 %, Jean-Luc Mélenchon séduit également une bonne part des électeurs écologistes.

Chez les électeurs de Déi Lénk, Emmanuel Macron se hisse également en deuxième position (24 % des voix), à égalité avec François Fillon, mais derrière Jean-Luc Mélenchon qui remporterait 33 % de leurs suffrages.

Enfin, Marine Le Pen arrive en tête chez les électeurs de l’ADR en 2013, qui seraient 44 % à lui apporter leur voix, tandis que 32 % d’entre eux opteraient plutôt pour Emmanuel Macron.

Le vote pour Macron augmente avec le niveau de formation

Nos confrères du Tageblatt rapportent que, lorsqu’on considère le niveau de formation des sondés, on constate que le vote pour l’extrême droite augmente à mesure que leur niveau d’éducation baisse. 23 % des sondés disposant uniquement d’un certificat de fin d’études primaires voteraient pour Marine Le Pen. A l’inverse, le vote pour Emmanuel Macron, largement en avance chez les universitaires, augmente avec le niveau d’éducation.

De semblables tendances s’observent  quand on prend en compte le groupe professionnel, les dirigeants et cadres d’entreprises s’exprimant largement en faveur de Macron, tandis que, parmi les partisans de Marine Le Pen, 24 % sont sans emploi, note encore le Tageblatt dans son analyse. Enfin, le suffrage de 64% des pensionnés se porterait sur Emmanuel Macron.

LJ