Claude Meisch et le SNE signent un accord «pour investir dans l’éducation»

PHOTO: Editpress / Hervé Montaigu.

Le ministre de l’Education nationale et le président du Syndicat des enseignants (SNE)- syndicat représentatif dans l’enseignement fondamental – ont signé ce 22 février un accord pour « investir dans l’éducation » comme l’a décrit Claude Meisch.

La tâche de l’enseignant ne sera pas modifiée, se réjouit Patrick Remakel, le président du SNE. Les décharges d’âge et l’amplitude des heures de travail ne sont pas remises en causes. La formation continue sera par contre doublée, passant de 8 à 16 heures par an.

Les présidents de comités d’école restent en place, mais l’inspectorat sera réorganisé, passant de 20 arrondissements actuellement à 12 à 16 directions régionales. Un observatoire indépendant de la qualité des écoles sera aussi créé.

Une des points majeurs de l’accord concerne les élèves à besoin spécifiques, qui seront pris en charge mieux et plus tôt, grâce à l’embauche de 150 enseignants spécialisés dans les 4 années à venir, dont 30 dès la prochaine année scolaire. 3.500 heures supplémentaires devraient aussi améliorer l’encadrement de ces « besoins spécifiques ». Deux centres, l’un consacré aux difficultés d’apprentissage et l’autre aux problèmes de comportement verront le jour.

L’accord est présenté ce lundi après-midi au SEW/OGBL, qui n’a pas participé aux négociations. Les mesures annoncées seront mises en oeuvre progressivement d’ici la fin de la législature.

Laurence Harf

Lire aussi: Troubles de l’apprentissage: « Le gouvernement a compris le message »