Economie / Classe d’actifs

Marc Fassone / Ce qui est fascinant à observer dans le petit monde de la gestion d’actifs, c’est le fourmillement d’idées concernant les stratégies d’investissement. Certes, les investissements classiques restent finalement les plus fiables sur le long terme pour les investisseurs car ils combinent trois valeurs cardinales: une culture de la régularité, des stratégies et des procédures bien établies ainsi qu’un bon sens terrien. De quoi, sur des bases solides, pouvoir s’adapter à des conditions de marché changeantes. Avec un bémol: la maîtrise des risques empêche de profiter à plein régime des brusques phases de hausse.

Il y a aussi des «francs-tireurs» qui élaborent des stratégies, voire des martingales, pour capturer le rendement dans ces périodes haussières. Des «chasseurs d’alpha» à l’imagination débordante lorsqu’il s’agit d’isoler la manœuvre gagnante.

Je leur en propose une inédite. Fruit d’une discussion avec un gestionnaire, qui s’étonnait de la bonne tenue de l’économie américaine: était-ce à cause de Donald Trump ou malgré lui? Il avait bien sa petite idée, mais la pudeur l’empêchait de la claironner. Mais il remarquait, mezza voce, que tous les choix économiques de Trump bénéficient à une certaine économie cotée. Ce dont Donald profite, par la bande…

Voilà un thème intéressant: décrypter la politique économique du président – actif mais pas très classe – à l’aune de la progression de sa fortune personnelle. Voire l’anticiper. Sans se «trumper».