Economie / Un amipour la vie!

 Marc Fassone / Facebook n’en est pas à une controverse près. Il y a eu l’affaire Cambridge Analytica, dont les retombées se sont traduites par des pertes successives de 58 puis de 119 milliards de dollars de capitalisation. Un record… Songez au nombre de Neymar que l’on pourrait se payer avec autant d’argent afin de combattre la misère dans le monde et le réchauffement climatique…. Voici que le réseau social cherche désormais à avoir accès à nos données bancaires. Sonder les esprits et les cœurs – on ne sait d’ailleurs toujours pas vraiment pourquoi… – ne suffit donc plus, il convient désormais de sonder les poches. La firme tente d’obtenir auprès des principales banques américaines des informations sur toutes les transactions effectuées par carte bancaire et sur les soldes des comptes courants de clients. En contrepartie de quoi les banques pourraient placer des publicités sur la messagerie maison, Messenger. La bonne affaire… Et certaines de ces banques réfléchissent à la proposition avec l’idée de contrer la montée inexorable des Fintech. Facebook n’a toujours pas précisé quelle utilisation il entendait faire des données demandées. Mais vu la façon dont il gère la confidentialité des données de sa marchandise – pardon, de ses utilisateurs – et ses dérives censitaires à la Kim Jong-un, il y a de quoi avoir des sueurs froides. L’omniprésence des grandes firmes IT qui prospèrent sur les données personnelles est un vrai problème sur lequel il conviendrait de légiférer en s’inspirant de ce qui s’est fait avec les lois antitrusts.

PARTAGER
Article précédentVacances de fonctions
Article suivantBoussole morale