Rachid Kerrou / A «nos ancêtres les Gaulois», Saïd n’a jamais vraiment cru lorsque enfant, au début des années 40, en Algérie, on lui octroya le «privilège» d’étudier avec les jeunes français de sa bourgade. Turbulent, traversé très tôt par des questions existentielles, Saïd rejoint son frère à Paris, au début des années 50, pour
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.