Douze femmes de tête / On est loin de la parité à la direction des 102 communes

Thierry Nelissen / Les temps changent… «Quand nous avons été en passe d’être élues, comme nous n’étions pas mariées, le Républicain lorrain avait titré: « Bientôt des filles maires? »». Et quand nous l’avons été, l’accroche était: «Deux maires célibataires». Astrid Lulling se souvient en souriant. Ce n’était pas hier, ce n’était pas avant-hier. C’était en 1969.
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.