Dordogne: Surenchère luxembourgeoise pour le château de Paluel

Une société luxembourgeoise a déposé in extremis une surenchère de 10% pour acquérir le château de Paluel, en Dordogne, portant à près de 940.000 euros le prix de cette imposante bâtisse où avait été tourné le film « Le Tatoué », a annoncé vendredi à l’AFP l’avocat des créanciers du propriétaire.

Appartenant une société monégasque détenue par un citoyen britannique en difficultés financières, ce château hérissé de tours est mis en vente par les créanciers qui avaient organisé des enchères fin septembre, remportées par un restaurateur local, Etienne Cluzel. En offrant 853.000 euros, cet enfant du cru avait soufflé le château à des milliers d’anonymes qui avaient tenté d’acheter la forteresse en se réunissant via un site de financement participatif pour la préservation du patrimoine.

Mais un délai légal de dix jours courait encore pour le dépôt d’une surenchère, ce qu’a fait la société luxembourgeoise Eram Capital Advisors Luxembourg SA, a expliqué à l’AFP Me Jean-Luc Sabbah, représentant la banque créancière HSBC. Cette société luxembourgeoise doit encore « justifier de son existence et fournir des garanties bancaires », a-t-il ajouté.

Situé à Saint-Vincent-le-Paluel, dans le Périgord, le château, dont la plus ancienne partie date du XIVe siècle, est en piteux état, ayant notamment été brûlé par les Allemands en 1944. Il a servi de décor au film « Le Tatoué », réalisé en 1968 par Denys de La Patellière et porté par le duo Louis de Funès et Jean Gabin, le premier en marchand d’art cherchant à acquérir le Modigliani tatoué sur le dos du second.