Disparition Sala: le monde du foot ému et inquiet

This file photo taken on November 25, 2017 shows Nantes' Argentinian Italian forward Emiliano Sala

« Pourvu qu’il surgisse de nulle part comme il le fait si bien pour marquer tous ses buts »: à l’image de Bryan Bergougnoux, ancien pro devenu entraîneur-joueur des amateurs de Thonon-Evian, le monde du foot a réagi, entre inquiétude et émotion, à l’annonce de la disparition de l’avion d’Emiliano Sala. « J’ai vu mon vestiaire très impacté ce matin, il est apprécié de tout le monde ici.

On attend vraiment une issue favorable, on l’a évoqué avec les garçons avant l’entraînement », a ainsi déclaré Fabien Mercadal, l’entraîneur de Caen, où Sala a évolué durant quelques mois en 2015, cité sur le compte Twitter du Stade Malherbe.

« J’espère du fond du coeur que c’est pas vrai », a aussi twitté Lucas Deaux, ancien joueur de Nantes aujourd’hui à Guingamp.

Amine Harit, lui aussi, ex-Canari évoluant à Schalke, a juste écrit « Emi » suivi d’émoticônes de prières et de larmes.

« Terrible nouvelle… Impensable, Espérer, Croire, pensée » s’est désolé Ghislain Printant, entraîneur-adjoint de Saint-Etienne.

Laurent Paganelli, ex-joueur de Saint-Etienne devenu consultant TV, s’est fendu d’un « Emiliano tu nous as toujours montré ce que sont les valeurs de combat et le don de soi.. Montre nous encore une fois que tu es plus fort que les éléments ».

L’Argentin Valentin Vada, joueur de Bordeaux et l’un de ses meilleurs amis, a tweeté: « Vamos hermano !! Aparece por favor !!! » (« Allez mon frère !! Apparais s’il te plaît !!! »), avec un symbole des deux mains faisant une prière.

« Hermano » (« frère ») a posté le Brésilien de Lorient Felipe Saad avec une photo de lui et Sala sous le maillot de Caen (2015).

L’avion de Sala, transféré de Nantes à Cardiff, a disparu dans la nuit de lundi à mardi lors d’un trajet entre ces deux villes, au-dessus de la Manche, près de Guernesey.