Désintérêt national / La politique d’intégration se joue au niveau local

Olivier Tasch / A quatre mois des élections législatives, les partis savent très bien à qui ils doivent s’adresser en priorité et autour de quels sujets. Croissance, logement, mobilité, spéculations sur de potentielles coalitions gouvernementales, tout y passe ou presque… L’intégration des étrangers n’est pas la première des priorités puisque ceux-ci ne font pas partie
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.