Danger blanc

Lydia Mutsch ne manque pas d’ambition. En dénonçant le sucre comme principale cause des problèmes de santé liés à l’obésité, elle s’attaque à un gros morceau. Ou plutôt à plein de petits morceaux qui se cachent un peu partout sans que le consommateur en soit conscient. Pour l’instant, la ministre de la Santé a exprimé sa volonté de réfléchir sur le sujet. L’idée d’une taxe spéciale sur le produit a été lancée. 30% des Luxembourgeois sont obèses ou en surpoids. S’y ajoute que la mauvaise alimentation et l’absence d’activité physique sont à l’origine de 30% des décès au Grand-Duché. Des chiffres alarmants. Le Luxembourg ne serait toutefois pas un précurseur. Une taxe sur les boissons trop sucrées existe dans douze Etats de l’Union européenne. Et il semble que la mesure porte ses fruits.

L’Horesca, qui n’est pas sans poids, refuse d’ores et déjà l’idée et évoque les cas de pays qui ont fait marche arrière dans le dossier. Le DP ne semble pas très chaud non plus. Aux Etats-Unis et dans les instances de l’UE, le lobby du sucre est très actif et très puissant à la fois. Depuis les années 1970, il parvient à défendre avec succès son business, qui pèse très lourd dans l’économie mondiale, alors que les méfaits des petits cubes blancs sont connus depuis longtemps maintenant. Le sucre est l’exemple par excellence qui montre que les intérêts économiques priment sur la santé publique. L’idée de Lydia Mutsch, qui veut intégrer cette taxe dans un plan pour la santé plus vaste, est d’autant plus louable. Il sera intéressant de voir à quelle opposition elle va se heurter.
Maurice Magar