Culture: Notes bleues en ciel gaumais

Eric Bussienne / Voilà trente ans qu’il fait swinguer la Gaume dans le cadre idyllique du parc du centre culturel de Rossignol, au sud du Luxembourg belge. Le Gaume Jazz Festival (l du 7 au 9 août*) invite cette année vingt-six formations aux couleurs musicales diverses.

«Nous jouons résolument la carte de la découverte», lance d’emblée Jean-Pierre Bissot, le maître d’œuvre du Gaume Jazz depuis trois décennies déjà. «Le festival décline le jazz sous toutes ses facettes et toutes ses tendances et offre une « carte blanche » à trois artistes qui pourront ainsi interpréter leur création en avant-première lors de l’événement».
Les trois heureux élus cette année sont le guitariste liégeois Emmanuel Baily, le batteur namurois Lionel Beuvens et le tromboniste gaumais – «régional de l’étape» – Adrien Lambinet. Leurs projets respectifs ne manquent pas d’ambition et devraient survivre bien au-delà du festival, par une tournée et l’enregistrement d’un album.

Du lourd et des découvertes

Mais l’événement ne se cantonne pas à inviter des jeunes formations en devenir. «Nous évitons de tomber dans le jeunisme», précise Jean-Pierre Bissot. «C’est pourquoi nous programmons également de grands noms du jazz belge et international.
Nous sommes très heureux d’accueillir la chanteuse Stacey Kent qui est certainement l’une des plus grandes voix actuelles de la discipline. Dans un autre registre, Tom Barman – le mythique chanteur de dEUS – viendra présenter son nouveau projet entièrement dédié à la note bleue, « TaxiWars ». Ce seront certainement deux temps forts de cette 31e édition».
Parmi les autres initiatives originales, on épinglera ce concert croisé entre deux voix a priori radicalement opposées. «Nous avons imaginé un concert où deux artistes se relaieraient. Il y aura donc sur scène deux chanteuses accompagnées de leurs propres musiciens: la Liégeoise Sarah Klenes et son projet « Oak Tree » et la Finlandaise Anu Junnonen et son trio. Elles joueront tour à tour des chansons de leur répertoire. C’est un peu l’idée du zapping que nous pratiquons quotidiennement sur notre télévision ou notre radio. Nous avons voulu expérimenter cette technique dans un concert. Au début, les deux artistes ont été quelque peu perturbées par la démarche, mais elles ont ensuite apprécié ce travail original. Le public devra donc apprendre à sélectionner dans les deux univers qui lui seront proposés».
Un public qui pourra déambuler vers les cinq scènes qui accueilleront les spectacles dans une atmosphère bucolique. Ils s’imprègneront du jazz aux couleurs «world music» du flûtiste et saxophoniste Philippe Laloy, et son projet «Kind of Pink», des sonorités catalanes du piano de Marco Mezquida, de la dynamique section de cuivre de Mâäk ou du blues-rock des régionaux d’Albert Blues Band. Les P’tis Gaumais du Jazz – des enfants de six à douze ans – montreront leur travail réalisé en stage résidentiel autour du répertoire de Saule et les jeunes de l’IMP d’Etalle prouveront leur savoir-faire avec le Providence Band qu’ils ont créé il y a six ans. Le Luxembourg sera lui aussi représenté par le batteur Jeff Herr, accompagné par Maxime Bender au sax et Laurent Payfert à la contrebasse. Donc, un ciel gaumais rempli d’étoiles.

* Infos: www.gaume-jazz.com