Courage, confiance et humour / La 67e édition de la «Berlinale» est ouverte!

Aki Kaurismäki revient sur les écrans après cinq ans d'absence, avec un film autour d'un réfugié syrien «The Other Side of Hope»

«Notre programme est notre manière de protester», expliquait le directeur Dieter Kosslick aux journalistes lors de la conférence de presse durant laquelle il a dévoilé la sélection du festival international du film, qui démarrera le jeudi 9 février.

Une fois de plus, la Berlinale et son directeur Dieter Kosslick inscrivent l’art en réponse aux maux dont souffre actuellement le monde, et voient en la Berlinale une occasion de propager un message culturel, social et politique aussi dynamique qu’optimiste: «Courage, confiance et humour!». La compétition internationale abordera comme à son habitude des thématiques fondamentales et très actuelles, sans s’interdire de rire.

Pour souligner le besoin qu’a l’homme de vivre heureux, nous retrouverons Aki Kaurismäki qui revient sur les écrans après cinq ans d’absence, avec un film autour d’un réfugié syrien The Other Side of Hope, tandis que le Sénégal présentera Félicité d’Alain Gomis, l’histoire d’une chanteuse d’un bar de Kinshasa. «Sans utopie, nous ne parviendrons pas à créer ce monde», expliquait Kosslick à la presse, en remarquant à quel point les artistes sélectionnés durant les longs mois de programmation avaient fait preuve d’anticipation par rapport à notre éprouvante actualité.

Le Luxembourg y est!

Dix-huit films concourent pour l’«Ours d’or» et les«Ours d’argent», au sein des 24 qui composent la sélection officielle. C’est le Néerlandais Paul Verhoeven qui présidera le jury, lui dont le film Elle ne cesse de rafler les prix. A ses côtés, Dora Bouchoucha Fourati, productrice tunisienne qui avait présenté Hedi de Mohamed Ben Attia lors de la 66e édition du festival; Olafur Eliasson, artiste islandais qui s’intéresse de près à la question du changement climatique; Maggie Gyllenhaal, actrice américaine connue pour ses rôles dans Donnie Darko, Adaptation ou encore Away We Go; Julia Jentsch actrice allemande qui avait fait pleurer le festival l’année dernière avec 24 Wochen d’Anne Zohra Berrached; Diego Luna, acteur et réalisateur mexicain qui fit ses débuts dans le célèbre Y Tu Mamà También d’Alfonso Cuarón, et Wang Quan’an, réalisateur et scénariste chinois, habitué du festival avec des films comme Tuya’s Marriage ou Apart Together.

Le bal des films en compétition officielle s’ouvrira jeudi 9 février avec l’attendu Django, qui retracera la vie du plus célèbre des guitaristes de jazz manouche, avec Reda Kateb et Cécile de France, et nous retrouverons la bande d’Edimbourg menée par Ewan McGregor pour T2 Trainspotting de Danny Boyle, avant d’accueillir Richard Gere, Laura Linney et Rebecca Hall pour The Dinner d’Oren Moverman.

Dans les autres sélections, notons la présence au «Forum du long-métrage» de Barrage de la Luxembourgeoise Laura Schroeder, avec Lolita Chammah et Isabelle Huppert, coproduit par Red Lion, Entre Chien et Loup et Mact Productions, et dont l’action se situe au Grand-Duché, où le film fut en grande partie tourné.

Deux autres coproductions luxembourgeoises sont à l’affiche: Es war einmal in Deutschland… de Sam Gabarski sera projeté dans la section «Berlinale Special Gala», et le film d’animation Richard the Stork réalisé par Toby Genkel et Reza Memari (Mélusine Productions) sera en compétition dans la section «Generation Kplus».

Amelie Vrla