Centre antipoisons belge/ Le nombre total d’appels provenant du Luxembourg a augmenté

Il en ressort que le nombre total d’appels provenant du Luxembourg a augmenté de 10% par rapport à 2015, passant de 382 appels en 2015 à 421 en 2016.

Deux ans après la signature de l’accord de coopération entre le gouvernement luxembourgeois et le Centre antipoisons belge, le ministère de la Santé s’est vu remettre le deuxième rapport des activités du Centre.

Depuis juin 2015, tous les habitants du Grand-Duché de Luxembourg peuvent s’adresser 24 heures sur 24 au Centre antipoisons belge via le numéro de téléphone gratuit 8002-5500 mis en place par le ministère de la Santé, concernant leurs questions urgentes sur les produits dangereux avec lesquels eux-mêmes ou les membres de leur famille sont entrés en contact.

Profil et motifs des appels provenant du Grand-Duché

Sur les 421 appels reçus en 2016, 390 sont des demandes d’informations d’urgence suite à un contact avec un produit. Sur les 390 appels classiques, 235 proviennent du public et 143 de professionnels de la santé.

Le profil des appels est resté sensiblement le même avec une majorité de demandes concernant des accidents chez le jeune enfant (249 enfants et 118 adultes).

Ce sont les enfants de moins de 5 ans qui sont les plus exposés au risque d’intoxication: 80% des enfants sont âgés de moins de cinq ans.

Dix appels concernent des animaux domestiques, 7 chiens et 3 chats.

Les catégories de médicaments le plus souvent en cause dans les erreurs thérapeutiques sont les médicaments contre la fièvre et la douleur. Dans cette catégorie, les antiinflammatoires non stéroïdiens et le paracétamol sont principalement concernés.

Les médicaments du système respiratoire, principalement les antitussifs, mucolytiques et expectorants représentent la deuxième cause d’erreur suivis par les antibiotiques.

Plus d’un accident sur dix est une erreur thérapeutique, à savoir des surdosages ou erreurs de produit.

Quant au lieu des intoxications, la plupart des intoxications sont des accidents domestiques (maison, jardin: 90,7%).

Le traitement de la plupart des intoxications est symptomatique. Le recours à un antidote proprement dit a été envisagé 5 fois pour deux intoxications aux benzodiazépines, une exposition au mercure, une intoxication aux bétabloquants et une morsure de serpent exotique.

Communiqué