Ça va mieux en le disant

Sur le Mercato d’été, le record n’est pas détenu par un footballeur talentueux dont le nom, aussi propice aux jeux de mots laids que ses mollets le sont au jeu de jambes chaloupé, orne des tee-shirts vendus une blinde virgule cinq à des groupies trop impatients pour attendre l’arrivée imminente de fakes chinois à trois francs six sous. Non, le vrai champion de cet été, la vraie vedette de la fête à neuneu ne se sert pas de ses jambes pour faire son métier. Ni de sa tête d’ailleurs. Il a le regard morne et la bouche molle, le corps avachi et le cerveau faisandé. Rien qui puisse entrer dans la constitution d’un champion du ballon rond.

Lequel, faut-il le rappeler doit avoir toutes les qualités d’un athlète, plus celles d’une vedette du showbiz, d’un as de la finance et un peu, très peu, celles d’un chercheur du CNRS. Il doit aussi avoir un grand cœur, aussi grand que celui des stars les plus en vue, dont la générosité légendaire pourrait émouvoir deux bataillons de l’Armée du salut en ordre de bataille. Ainsi, lors de son récent mariage, le meilleur joueur du monde, le bien nommé Lionel Messi (oui, c’est lui, inutile de mégoter), a demandé qu’on ne lui fasse pas de cadeau mais un don à une œuvre de charité qu’il a la bonté de soutenir. Parmi les 260 invités à la fête, figuraient de grands footballeurs mais aussi la chanteuse Shakira et d’autres multimillionnaires en vue. Une fois les agapes terminées, le jeune couple, au lieu de déballer des paquets volumineux, a compté les sous qu’il allait pouvoir reverser à sa chère organisation caritative.

Ce qui a été assez vite fait car les généreux convives avaient réussi, à eux tous, à laisser la somme vertigineuse de 9.562 euros dans la cagnotte. Soit à peu près quarante euros par tête de pipe. Un peu moins que la moyenne d’une collecte chez Lidl, pour le départ en retraite d’un collègue mal-aimé. Alors que le soir de la noce, il est piquant de le relever, le footballeur Piqué et son épouse avaient claqué 11.000 euros à eux seuls au casino du coin. Messi a dû regretter de n’avoir pas dressé une liste de mariage avec cocotte minute, service en Arcopal, drap-housse réversible et tricot de peau à l’effigie d’un de ses copains. Mais tout cela nous éloigne du personnage le plus cher de l’été, que Messi n’avait pas convié à ses noces, ignorant jusqu’à son existence. Il faut dire que la notoriété de cet homme hors de prix n’a jamais dépassé l’Hexagone et encore, seulement auprès de teenagers demeurés peu regardants sur la marchandise. Trêve de suspens, le gugusse s’appelle Cyril Hanouna et le grand capitaine d’industrie Vincent Bolloré, celui qui a détruit Canal Plus en moins de temps qu’il n’en faut à Zidane pour gagner une Coupe des Champions, celui qui refuse de payer les droits d’auteur, a accepté de lâcher 250 millions d’euros pour le garder encore cinq ans dans sa chaîne C8. 250 patates, c’est quand même 28 de plus que le jeune prodige aux pieds magiques. Bolloré qui n’est pas un imbécile puisqu’il est richissime, a flairé la bonne affaire. Car Cyril Hanouna est un des fleurons de la culture française. D’ailleurs, la nounou d’Hanouna ânonnait des âneries au neuneu nouveau-né. Ce qui a développé son cerveau. Le jour du décès de George Michael, le génie n’a-t-il pas tweeté «Putain, je me réveille et j’apprends pour Georges (sic) Michael! Je suis trop dégoûte (resic)! Artiste de ouf, je le kiffais trop. J’en suis rassrah2000 (reresic).»

L’honneur est donc sauf. La tête (250 millions) vaut toujours plus que les jambes (222). Même si Neymar serait sans doute moins ridicule avec un micro qu’Hanouna avec un ballon.

Claude Frisoni