Ça va mieux en le disant

Chaque jour voit sa livraison d’enquêtes, études, publications qui prodiguent des conseils avisés censés prolonger la vie de nos contemporains.

Elles sont basées sur des observations scientifiques minutieuses et ne pas respecter leurs recommandations serait pure folie. Pour mettre toutes les chances de son côté, il convient de les observer toutes, en prenant grand soin de n’en oublier aucune.

La première d’entre elles est assez facile à honorer. Elle édicte que les nuits courtes font les vies courtes et que le sommeil est la base d’une vie en bonne santé. L’idéal semble être une nuit de huit heures. A laquelle il faut ajouter une sieste d’une durée moyenne d’une heure. Huit plus une, égale neuf. Les trois repas quotidiens sont très importants. Ils doivent être pris dans la bonne humeur, comme un moment de détente. Les aliments doivent être mâchés longuement, les collations durer suffisamment pour être bénéfiques. Le petit déjeuner idéal durerait une heure, le déjeuner et le dîner une heure trente. Ce qui fait quatre heures pour les trois repas, auxquelles il n’est pas interdit d’ajouter une demi-heure pour un goûter. Quatre heures trente donc, à ajouter aux neuf heures de sommeil. Ce qui donne treize heures trente.

Mais la nourriture consommée ne doit pas être achetée n’importe où, dans n’importe quel supermarché. Il faut aller la chercher chez un producteur respectueux de la nature et des animaux, authentique et si possible sympathique. Dénicher un tel oiseau rare prend facilement deux heures par jour, transport compris. Nous voici à quinze heures trente. La santé passe par l’exercice physique, ça va de soi. Il est jugé raisonnable de pratiquer une activité physique durant au moins une heure par jour. Quinze heures trente plus une, égale seize heures trente.

L’esprit ne doit pas être négligé. Il doit être sollicité, exercé, entraîné pour éviter les dégénérescences cérébrales, la mélancolie ou l’ennui conduisant à la déprime. Il est donc fortement conseillé de réserver à ces exercices spirituels, comme la lecture, le théâtre, le cinéma, la danse, les expositions ou concerts, une à deux heures quotidiennes. Avec le transport et le parking, deux heures sont un minimum. On arrive à dix-huit heures trente.

Pour que cet esprit sain s’épanouisse, les spécialistes recommandent une activité sexuelle régulière. Retenons une moyenne d’une demi-heure par jour. Ce qui nous amène à dix-neuf heures. Le rire est indispensable à l’équilibre, une autre demi-heure devrait lui être réservée. Dix-neuf heures trente. Mais que serait une vie équilibrée sans l’indispensable compagnie des êtres chers? Une bonne heure doit être consacrée aux enfants, aux parents, aux amis. Vingt heures trente. Pour contrer les agressions, les virus et autres saloperies dangereuses, les êtres humains ont besoin d’empathie. Il est donc vivement recommandé de réserver du temps au soin des autres. Aider son prochain, c’est une façon de se faire du bien et consacrer du temps chaque jour à une association caritative ou de solidarité est indispensable. Disons une heure trente. Vingt-deux heures. Il importe bien sûr de ne pas s’oublier soi-même et de consacrer du temps à se relaxer, se faire du bien. Spa, sauna, massages, salon de beauté, yoga, méditation… complètent une journée parfaite. Avec le vestiaire, le déplacement, l’attente, deux heures ne sont pas de trop. Nous voici à vingt-quatre heures. La journée est donc finie. Elle a été bien remplie et aura garanti une santé parfaite et une vie saine. Seul problème, il ne reste plus une minute pour travailler. La preuve scientifique est faite: ce qui nuit à la santé, c’est le travail.

Claude Frisoni