C pour vous… / Vélos, voitures, une nouvelle guerre urbaine?

A partir du 1er mai 2018, quelques changements seront apportés au code de la route, ayant pour but de protéger davantage les piétons et les cyclistes. Le gouvernement a mis l’accent sur la protection des cyclistes et des piétons en instaurant de nouvelles réglementations (trottoirs continus, nouveaux feux pour cyclistes, zone à contresens, possibilité de rouler à deux dans les villages…). On se demande si ces nouvelles mesures vont dans le bon sens pour la sécurité de tous les usagers de la route.

Dans les communes, il va falloir mieux partager l’espace, et cela ne veut pas forcément dire que les automobilistes laisseront de la place aux cyclistes et aux piétons. Les uns et les autres doivent apprendre à se comporter normalement par rapport aux autres et surtout à respecter les règles. C’est vraiment le point sur lequel il y a lieu d’insister. Aujourd’hui, il est important que tous les usagers de la route sachent respecter ces règles, alors que des mauvaises attitudes ont été prises de chaque côté des usagers.

Par exemple, les cyclistes pensent toujours qu’ils peuvent circuler sans danger sur les trottoirs. Certes, eux se sentent plus à l’aise, mais du coup ils mettent des piétons en danger. Et de toute façon les rues à sens unique, qui étaient à double sens auparavant, ne sont devenues à sens unique que pour une seule raison: permettre aux voitures de se garer. Avec ces changements, il semble que le gouvernement n’ait pas encore tranché le sujet alors qu’il souhaite promouvoir le mode de déplacement écologique qu’est le vélo et en même temps encourager la voiture. Je pense que, malheureusement, cette question n’est pas encore tranchée, alors que la promotion du vélo est écologiquement correcte, mais en même temps, on veut baisser le prix du stationnement, des parkings sont construits, etc. Sur cette question, le courage politique fait encore défaut. Pour que le système fonctionne bien, il faut que l’on pense à chacun des usagers. C’est vrai qu’à chaque fois que l’on a la possibilité d’identifier des espaces propres à chacun pour la circulation, tout le monde est plus à l’aise. Les piétons sur les trottoirs, les cyclistes sur des pistes cyclables ou tout du moins des bandes cyclables, les autres usagers sur la chaussée. Et encore sur les pistes cyclables, il faut faire en sorte que les vélomoteurs et les motos n’y circulent pas. Là encore, il y a des dérives. Il faut fixer des règles claires et nettes et qu’elles soient surtout connues de tous et respectées.

A partir du 1er mai, il y aura sûrement une première phase d’apprentissage de ces nouvelles règles. Je doute que circuler en ville devienne moins dangereux, alors que c’est souvent moins dangereux qu’à la campagne. Mais, il y a une règle d’or qui doit absolument être respectée: il faut que tout le monde respecte tout le monde.

Christine Schweich