Brexit: le mouvement Leave.EU sanctionné pour des irrégularités

La Commission électorale britannique a infligé vendredi au mouvement pro-Brexit Leave.EU une amende de 70.000 livres (79.000 euros) pour de multiples irrégularités dans le financement de sa campagne pour le référendum sur la sortie de l’Union européenne de juin 2016.

« Leave.EU a fait état incorrectement de ce qu’il a dépensé lors du référendum européen », « dépassé son plafond de dépenses » et « produit des déclarations de dépenses et de transactions incomplètes et inexactes », indique la Commission dans un communiqué. Elle ajoute avoir « des motifs raisonnables de soupçonner que la personne responsable de Leave.EU a commis des infractions pénales » et avoir signalé cette personne, dont le nom n’est pas cité, à la police de londonienne. « Ce sont des infractions graves. Le niveau de l’amende que nous avons imposé a été limité par le plafonnement des amendes de la Commission », a souligné Bob Posner, un responsable de l’organisme électoral. Aucune irrégularité n’a en revanche été constatée concernant les liens entre le mouvement et la société Cambridge Analytica (CA), accusée d’avoir collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles de près de 90 millions d’utilisateurs de Facebook à des fins politiques.

La commission indique que les relations entre CA et Leave.EU ne se sont pas développées au-delà de contacts exploratoires. Leave.EU a réagi en annonçant qu’il contesterait devant la justice les conclusions de la Commission électorale. La campagne Leave.EU a été fondée par le millionnaire britannique Arron Banks en 2015 pour défendre une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Soutenue par l’ancien leader du parti europhobe Ukip, Nigel Farage, elle n’avait pas été choisie par la Commission électorale pour être la campagne officielle du camp des pro-Brexit. Mais le mouvement, très présent sur les réseaux sociaux et axant sa campagne sur un fort sentiment anti-establishment, avait été décisif dans le vote des Britanniques en faveur d’un Brexit lors du référendum du 23 juin 2016. Elle reste active aujourd’hui et milite pour un Brexit dur.