Berlin veut placer Algériens et Marocains déboutés dans des centres spécifiques de rapatriement

L’Allemagne envisage des mesures pour accélérer le rapatriement des demandeurs d’asile déboutés venant d’Algérie et du Maroc, notamment en les plaçant dans des centres spécifiques de rapatriement, ont indiqué dimanche des responsables politiques.

« Tout va dans le sens d’un placement des migrants originaires d’Afrique du Nord et sans perspective d’installation dans les centres de Bamberg et Manching », a expliqué au journal Die Welt am Sonntag le président du groupe parlementaire CSU (conservateur) en Bavière, Thomas Kreuzer, évoquant un accord à ce sujet entre la chancelière Angela Merkel et le chef de l’Etat régional de Bavière, Horst Seehofer.

Les Algériens et les Marocains ne devraient plus par conséquent être dispersés dans des centres d’accueil à travers le pays. En évoquant cette disposition, la chef du groupe parlementaire SPD (social-démocrate) au Bundestag, Christine Lambrecht, a souligné dans un communiqué qu’elle était prévue depuis quelques mois pour tous ceux ayant peu de chances de rester en Allemagne. « Il appartient désormais au ministre de l’Intérieur de Maizière de faire enfin en sorte que les procédures deviennent plus rapides et que les demandeurs déboutés soient systématiquement et rapidement reconduits dans leurs pays », a-t-elle ajouté. Les migrants d’Afrique du nord devraient être rassemblés dans les centres de Bamberg et Manching (Bavière), jusqu’à ce que leurs demandes d’asile soient examinées, comme c’est déjà le cas pour les demandeurs en provenance des Balkans qui ont peu de chances d’obtenir l’asile.

L’Albanie, la Bosnie, le Kosovo, la Macédoine, le Monténégro et la Serbie ont été placés dans la liste des pays dits sûrs et leurs ressortissants n’ont donc qu’une perspective très faible de pouvoir s’installer en Allemagne. Berlin souhaiterait ajouter le Maroc et l’Algérie à cette liste. Le nombre de demandeurs d’asile algériens en Allemagne était de 2.296 personnes en décembre, contre 847 en juin tandis que les demandeurs marocains étaient 2.896 contre 368 sur les mêmes périodes, selon le ministère de l’Intérieur. M. Seehofer exige de Mme Merkel qu’elle donne un tour plus restrictif à sa politique à l’égard des réfugiés, en fixant par exemple un plafond annuel du nombre de personnes pouvant être accueillies chaque année. La chancelière, qui s’y est jusqu’à présent refusée, se trouve un peu plus sous pression depuis les évènements de la nuit du Nouvel An à Cologne (ouest) qui ont donné lieu 670 plaintes dont 330 pour violences sexuelles. Ces violences ont été attribuées par la police à des jeunes hommes originaires du Maghreb et d’autres régions du monde arabe. A environ 50 km de Cologne, à Düsseldorf, la police a indiqué avoir effectué des perquisitions samedi dans un quartier de la ville connu pour abriter une importante population immigrée, notamment du Maghreb.

Une quarantaine de personnes originaires d’Afrique du nord y ont été arrêtées pour séjour illégal en Allemagne et une dizaine d’autres pour possession de drogue, vol ou possession d’arme, a affirmé la police. L’opération avait été organisée avant les évènements de Cologne, a expliqué son responsable, Frank Kubicki, mais « dans le même temps, on espère trouver des éléments qui pourraient aider dans l’enquête (de Cologne) », a-t-il précisé.

afp

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE