Les avantages du haut rendement / Vu des marches

Dans un contexte de hausse des taux d’intérêt, les obligations à haut rendement apportent aux portefeuilles plusieurs avantages pouvant permettre une performance totale positive.

On le sait, la hausse des taux d’intérêt crée des conditions difficiles pour les instruments obligataires classiques. Parmi ceux-ci, les obligations à haut rendement d’un point de vue historique ont régulièrement produit des performances attrayantes dans différentes conditions de marché.

Ce fait tient en partie à la relation qui existe entre les titres à haut rendement, les obligations classiques et les actions.

La performance des titres à haut rendement est plus proche de celle des actions que des obligations. Les obligations à haut rendement présentent une corrélation positive avec les actions et une moindre volatilité.

Mais quid de leur performance en période de hausse des taux d’intérêt? Dans le scénario d’une augmentation de 50 pb (points de base) des taux sans resserrement des spreads, le marché du haut rendement enregistrerait une baisse équivalente à environ la moitié de sa duration, soit 2%. Si l’on consulte les données historiques, les spreads des obligations à haut rendement se sont resserrés de 50 pb ou plus lors de 15 des 17 périodes de hausse des taux d’intérêts.

Plus précisément, pour une augmentation de 85 pb des rendements, les spreads se resserrent en moyenne d’environ 70 pb. Ce résultat découle du fait qu’une hausse des taux est généralement associée à l’embellie de l’activité et des conditions économiques, qui à son tour entraîne une amélioration des fondamentaux du crédit.

Fait tout aussi important, les obligations à haut rendement offrent une marge de rendement supplémentaire sous forme de coupons. Actuellement, le yield to call (rendement actuariel à la prochaine échéance) des titres à haut rendement américains s’établit à environ 6,7%.

Si l’on reprend l’exemple précédent, en cas de hausse de 50 pb des rendements, la performance des titres à haut rendement diminuerait d’environ 1% une fois le resserrement des spreads pris en considération. Or, le revenu issu du coupon suffirait à compenser la baisse du prix des titres en moins de deux mois.

Les données historiques montrent que les obligations à haut rendement sont performantes en période de remontée des taux, comme c’est le cas cette année où le marché américain du haut rendement enregistre une progression de 2,5% bien que la Fed ait relevé ses taux à plusieurs reprises. Si l’on y ajoute les caractéristiques positives du secteur, à savoir des taux de défaut historiquement faibles, une diminution des taux d’endettement, un ratio élevé de couverture des intérêts et des volumes d’émission restreints, nous pouvons aisément conclure que le segment obligataire à haut rendement est susceptible de continuer à stimuler la performance et contribuer à la diversification globale des portefeuilles.

Michalis Ditsas

SYZ Asset Management