Arianespace réussit sa quatrième mission pour la constellation 03b

– Une fusée russe Soyouz, lancée vendredi depuis le Centre spatial guyanais (CSG), a mis sur orbite avec succès quatre satellites de télécommunications de la constellation 03b pour la société luxembourgeoise SES, a annoncé la société de services de lancement Arianespace.

« Cette mission s’est parfaitement déroulée », a déclaré à l’AFP Stéphane Israël, président exécutif d’Arianespace. « C’était très important parce que SES, qui était le passager de cette mission, était aussi celui de la précédente mission » d’Arianespace, a-t-il ajouté.

Le 25 janvier, une fusée européenne Ariane 5 avait été lancée avec une trajectoire anormale et elle n’avait pas réussi à mettre sur la bonne orbite deux satellites, dont l’un pour l’opérateur SES, important client d’Arianespace.

Au lieu de partir plein est vers l’Equateur, le lanceur lourd avait décollé avec un angle de 20 degrés plus au sud, se rapprochant de la ville de Kourou. « Il était important pour nous, pour ce lancement suivant, de faire les choses de façon parfaite, et ce soir la mission a été parfaite », a souligné M. Israël. Il s’agissait du quatrième lancement effectué pour la flotte de satellites O3b.

Les 12 premiers satellites de la constellation avaient été lancés en 2013 et 2014. Un cinquième vol est prévu en 2019. Construits par Thales Alenia Space, les quatre nouveaux satellites évolueront sur une orbite terrestre moyenne. D’une masse totale au lancement de 2.800 kilos (700 kilos chacun), ils vont rejoindre en mai la constellation O3b, qui gravite à environ 8.000 km de la Terre, et fournit une connectivité à haut débit sur les marchés en plein essor des données fixes et mobiles.

Suite au problème rencontré par Ariane 5, une Commission d’enquête indépendante a établi fin février que la trajectoire anormale du lanceur était due à un problème de paramétrage qui n’avait pas été détecté par les contrôles qualité. Des mesures correctives ont été mises en place par le constructeur ArianeGroup (coentreprise entre Airbus et Safran) et sa filiale Arianespace. « Les mesures sont d’application immédiate puisque l’anomalie a été parfaitement comprise et corrigée », a déclaré M. Israël. « Elles visent à renforcer le contrôle sur le paramètre qui avait fait l’objet d’une saisie erronée et naturellement ces mesures seront mises en application pour le prochain lancement d’Ariane 5 ». « Nous travaillons dans la perspective d’un lancement avant la fin du mois de mars », a-t-il ajouté.

Les deux satellites de télécommunications lancés le 25 janvier par Ariane 5 sont en train de rejoindre leur position finale grâce à leurs propres systèmes de propulsion. « Ce que nous apprend cette déviation de trajectoire, c’est que même après 82 succès d’affilée, Ariane 5 peut encore être plus fiable et sera encore plus fiable pour les prochains vols », a estimé M. Israël.