ArcelorMittal: arrêt définitif des hauts fourneaux de Florange

Le numéro un mondial de la sidérurgie ArcelorMittal a annoncé lundi sa décision de ne pas redémarrer les emblématiques hauts-fourneaux de son site français de Florange (Moselle) arrêtés depuis 2012, et de continuer à y développer la fabrication de produits finis.

« A l’issue d’une étude approfondie du marché et des technologies disponibles (…) ArcelorMittal confirme de ne pas vouloir relancer la production d’acier liquide sur le site » de Florange, a annoncé le groupe dans un communiqué.

ArcelorMittal a annoncé parallèlement un investissement de 22 millions d’euros sur ce site pour augmenter ses capacités de galvanisation des produits en acier destinés notamment au marché automobile.

La décision a été communiquée aux syndicats lundi après-midi lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire. Le groupe avait annoncé en 2012 sa décision d’arrêter les deux hauts-fourneaux produisant de l’acier brut à Florange, suscitant un tollé syndical et politique. L’arrêt de la filière de production d’acier brut (agglomération, hauts-fourneaux, aciérie) entraînait la suppression de 629 postes. Une période d’observation de six ans avait toutefois été instaurée durant laquelle le groupe s’était engagé à ne procéder à aucun licenciement et à investir 180 millions d’euros sur cinq ans. A l’issue de ce laps de temps, une décision devait être prise sur la relance ou non de la production d’acier liquide à Florange.

ArcelorMittal a assuré avoir rempli ses engagements: les 629 personnes concernées par les suppressions de postes ont été reclassées ou sont parties en retraite et le groupe a investi depuis lors plus de 300 millions d’euros.