Les âmes disséquées /«La Passion de Félicité Barette», d’après Gustave Flaubert

Manfred Enery / Je me suis toujours défendu de rien mettre de moi dans mes œuvres, et pourtant j’en ai mis beaucoup», écrit Gustave Flaubert en 1846. Il a vingt-cinq ans et il vient de rencontrer celle qui allait devenir son intermittente amante, Louise Colet. Onze ans plus tard, après la publication de Madame Bovary,
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.