Aide pour l’Afrique : charité bien ordonnée…

Le G20 de Hambourg n’a pas été uniquement l’occasion de traiter des traditionnelles confrontations entre manifestants et policiers ou des dernières sorties médiatiques plus ou moins contrôlées de Donald Trump.

Il a été aussi question d’un ‘plan Marshall pour l’Afrique’ qui comme son homologue américain avait permis à l’Europe de l’Ouest de restructurer son agriculture, son industrie etc Aujourd’hui les ambitions envers l’Afrique sont un peu plus modestes car il est vrai que la menace soviétique est devenue plus discrète…
Ce plan se concrétise sur le volet par un fonds d’investissement de type PPP (partenariat public privé) d’initiative allemande mais hébergé au Luxembourg sous le nom de l’AATIF (pour Africa Agriculture Trade and Investment Fund).

Le fonds est donc à la fois financé par des fonds publics (le Ministère allemand de la coopération) et privés pour permettre d’atteindre des buts aussi nobles et indiscutable que le ‘combat contre la pauvreté’ ou la ‘création d’emplois avec des salaires décents’. La chaine de télévision allemande ARD a révélé que les investissements de l’AATIF effectuée en Zambie étaient dans les faits assez peu profitables à la population locale. 10 millions de dollars y ont été investis pour un projet visant une production de soja et de blé destiné à l’exportation, devant à terme créer 1.600 emplois locaux.

Les récoltes se font deux fois par an et profits sont bons mais la population local n’en tire pas de bénéfice particulier, bien au contraire : les emplois sont précaires et la production vivrière destiné à la production locale souffre de cette production d’exportation. Dans les fait seuls 147 emplois ont été créés, même si plus devraient encore l’être à l’avenir.
Enfin, le schéma d’investissement retenu implique également un mode de rémunération des actionnaires très discriminant : en effet les profits réalisés seront réservés initialement aux investisseurs privés et les éventuelles pertes seront épongées prioritairement par les investisseurs publics. Un député du parti d’opposition Die Linke a aussi déclaré « Il est incroyable que le gouvernement fédéral ait investi des fonds dans des paradis fiscaux, de sorte que les investisseurs privés en Afrique peuvent faire des profits sur le dos des agriculteurs africains dont les moyens de subsistance sont détruits. Et c’est ce que nous a vendu le gouvernement fédéral comme un modèle de développement. Je pense vraiment que c’est un scandale de développement » On ne peut être plus clair…