Affaire de la vidéo: Kurzawa évoque une « erreur de jeunesse »

L’arrière gauche Layvin Kurzawa a parlé dimanche d' »erreur de jeunesse » à propos de la vidéo dans laquelle il dénigrait le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps, avec lequel il a une « très bonne relation ».

« Tout le monde fait des erreurs, j’en ai fait et j’en referai. C’est une erreur de jeunesse », a dit le Parisien de 25 ans sur TF1 en s’exprimant pour la première fois sur cette affaire dans laquelle il a été victime d’un chantage et d’une tentative d’agression cet été. En a-t-il parlé avec Deschamps? « Oui oui, il était au courant bien avant… mais je n’ai pas envie de revenir sur ça.

C’est passé, aujourd’hui je suis en sélection, tout se passe bien avec le coach, la relation est très bonne avec le coach », a-t-il ajouté. « Je n’étais pas ennuyé par tout ça, c’est plus les personnes autour de moi, avec ma mère qui m’appelait en pleurs parce que l’autre était en train de dire: +Il a été mal éduqué, c’est un petit con+.

Voilà, c’est juste ça », a commenté Kurzawa. Interrogé sur son geste de célébration d’un but avec le PSG en Ligue des champions, lorsqu’il met un doigt sur la bouche, il a répondu: « Sur le moment de l’émotion, j’ai fait ce geste-là. Je ne pense pas avoir tué quelqu’un. Je ne le referai pas, mais je ne le regrette pas. (Les joueurs) m’ont tous félicité parce que j’avais mis trois buts, aucun joueur ne m’a parlé de ça. Si, Maxwell (coordinateur sportif du PSG, ndlr) m’a dit: +Il faut faire attention+. Je veux avoir une discussion pour lui expliquer un peu. On a passé deux ans dans le même effectif, il a appris à me connaître, et il sait comment je me comporte, comment je suis ».

A propos des critiques dont il a été l’objet, notamment après le 0-0 lors du France-Luxembourg du 3 septembre, il a dit: « Je n’ai pas besoin d’entendre certaines personnes dire: +Il a été nul, il ne sait pas centrer+.

Je sais quelles sont mes qualités, je sais ce que je dois travailler: je dois tout travailler, en tous les cas. On n’est jamais au top. On peut être à 100% et il y a toujours des choses à travailler ».

Dans la même émission de Téléfoot, Didier Deschamps a réagi en estimant qu’il devait « faire en sorte de comprendre tout, d’avoir de l’empathie, d’essayer de me mettre à leur place ». « Comme pour Layvin ou n’importe quel autre joueur, quand il y a quelque chose qui ne me semble pas normal, je leur dis. Ils ont droit à l’erreur, après, c’est à eux de faire attention à ce qu’ils font et ce qu’ils peuvent dire ».

Le sélectionneur a pris la défense de son joueur, en pointant « l’agressivité et les mots violents » de l’environnement médiatique. « Comme l’a dit Layvin, c’est un être humain, il a des parents, de la famille, et ces gens-là prennent ça de plein fouet. Ce serait bien qu’il y ait par moments un peu de bienveillance, d’empathie. Ce qui n’empêche pas la critique, la critique sportive, qu’on lui dise qu’il ait mal centré, qu’il peut mieux centrer, c’est une chose. Après, certains mots sont violents. je ne pense pas que ça ait la place dans un environnement sportif ».