Adhésions: l’UE ouvre de nouveaux chapitres avec Belgrade et Podgorica

Le Monténégro, qui a rejoint début juin l'Otan, dont il est devenu le 29e Etat membre, est en pourparlers d'adhésion avec l'UE depuis 2012.

L’Union européenne a ouvert mardi de nouveaux chapitres dans les négociations qu’elle mène avec la Serbie et le Monténégro en vue d’une adhésion à l’Union.

L’UE, qui a exclu tout nouvel élargissement avant 2020, avait démarré ses pourparlers d’adhésion avec Belgrade en janvier 2014, dans le sillage de la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo.

Le Monténégro, qui a rejoint début juin l’Otan, dont il est devenu le 29e Etat membre, est en pourparlers d’adhésion avec l’UE depuis 2012.

Les négociations d’adhésion, qui prennent généralement des années, sont divisées en 35 chapitres très divers couvrant des domaines comme l’économie, l’énergie, l’état de droit… afin de rapprocher la législation et les pratiques du pays candidat à « l’acquis communautaire », préalable indispensable à une entrée dans le bloc européen.

Deux chapitres, sur la libre circulation des marchandises et sur la politique régionale européenne, ont été ouverts mardi avec le Monténégro.

Un chapitre, sur les relations extérieures, a été « provisoirement fermé » ce qui signifie qu’aux yeux de Bruxelles, le pays s’est suffisamment rapproché de la politique de l’UE en la matière. Les dirigeants européens s’étaient alarmés en mars de « la situation fragile dans la région » et avaient « réaffirmé (leur) soutien sans équivoque à la perspective européenne des Balkans occidentaux ».

« L’UE est engagée envers la région des Balkans et est volontaire pour l’assister dans les réformes », a insisté Helena Dalli, ministre maltaise aux Affaires européennes, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, lors d’une conférence de presse à Luxembourg.

« La stabilité et la prospérité de la région restent importante pour l’UE dans son ensemble », a-t-elle insisté, alors que des tensions entre communautés mais aussi entre pays voisins ont ressurgi. Mme Dalli a estimé que « davantage d’efforts étaient nécessaires » pour que le Monténégro s’approche des standards européens en matière d’état de droit, de fiscalité ou de réformes financières.

Au total, le Monténégro a ouvert 28 chapitres sur 35, dont trois sont désormais « provisoirement fermés ». Avec la Serbie, qui a déjà ouvert 10 chapitres, deux nouveaux domaines de négociation ont été ouverts mardi par l’UE : le chapitre 7 sur le droit de la propriété intellectuelle et le chapitre 29 sur l’union douanière. Mme Dalli a salué les « progrès » réalisés par la Serbie, mais elle a demandé au nom de l’UE que le pays « intensifie ses efforts en matière d’état de droit, de droits fondamentaux et pour la normalisation de ses relations avec le Kosovo ».