Un acteur de son siècle / Décès du Grand-Duc Jean

Jacques Hillion / Les hommages ne cessent de tomber depuis l’annonce du décès, le mardi 23 avril, du Grand-Duc Jean à l’âge de 98 ans. Qu’ils viennent de la communauté nationale ou internationale, tous soulignent avec émotion les qualités humaines de l’homme, son sens du devoir, le rôle qu’il a joué pour l’histoire de son pays, de son développement économique et de sa place en Europe et dans le monde.

Aujourd’hui, c’est l’homme affable, discret, humble et proche de ses concitoyens qui est salué. C’est aussi un des témoins et acteurs du XXe siècle qui disparaît. Il en a connu les vicissitudes, mais aussi les progrès. L’ancien souverain a ainsi vécu l’exil et la Seconde Guerre mondiale à laquelle il a participé en débarquant sur les plages normandes en juin 1944, jusqu’à la libération de Luxembourg et les batailles qui s’ensuivirent. C’est d’ailleurs le soldat que les grands de ce monde avaient reconnu lors de sa participation, en tant qu’ancien chef d’Etat et vétéran, aux côtés de son fils, aux commémorations du 70e anniversaire du «Jour le plus long» à Ouistreham.

Si son mariage en 1953 avec Joséphine-Charlotte, fille de Léopold III, roi des Belges, a raffermi les liens entre la Belgique et le Luxembourg, ses trente-six années de règne (1964 – 2000) ont accompagné les transformations qui ont bouleversé le Grand-Duché. De la construction européenne – dont il était un ardent défenseur et qui a scellé la plus longue période de paix jamais partagée par une large partie du continent –, au développement économique du Luxembourg qui, la sidérurgie sombrant, s’est lancé avec succès dans l’économie de service.

L’ancien chef de l’Etat a, tout au long de son règne, suivi ces changements en représentant notamment le Grand-Duché et ses aspirations à la paix et à la démocratie aux quatre coins de la planète.

Au-delà des convictions personnelles, les deux semaines de deuil national qui prendront fin le 4 mai devraient permettre de faire le point sur l’héritage du long règne du Grand-Duc Jean.

Alors que les élections européennes approchent et que certains ne pensent qu’à détruire une Union européenne, certes imparfaite mais qui a le mérite d’exister, il y a là matière à réflexion pour tout un chacun.