Abus sexuels: le co-fondateur de Guess suspendu

Le co-fondateur de la marque de prêt-à-porter Guess, Paul Marciano, a été écarté de toute responsabilité opérationnelle en attendant les résultats d’une enquête sur des accusations de harcèlement sexuel contre lui, a indiqué mardi la société.

Le conseil d’administration de Guess a formé « un comité spécial comprenant deux directeurs indépendants pour superviser l’enquête en cours sur les accusations de conduite inappropriée » de M. Marciano, a précisé la société dans un communiqué.

« Le conseil d’administration et M. Marciano ont convenu que M. Marciano n’assumerait plus ses responsabilités opérationnelles (…) en attendant la fin de l’enquête, a ajouté la société, soulignant « prendre très au sérieux toute accusation de comportement sexuel inapproprié ». « Je me suis engagé auprès de la société à coopérer pleinement », a indiqué de son côté M. Marciano, 65 ans, cité lui aussi dans le communiqué. L’action Guess cotée à la Bourse de New York perdait quelque 4% mardi, à 14,92 dollars, peu avant 12H00 locales (17H00 GMT) après cette annonce. Paul Marciano a été publiquement accusé de harcèlement et d’abus sexuels par la mannequin Kate Upton.

Dans une interview publiée début février par le magazine Time, Upton a accusé l’homme d’affaires franco-marocain de l’avoir harcelée et de l’avoir forcée à des attouchements à plusieurs reprises alors qu’elle posait pour des photos pour la marque en 2010. M. Marciano a qualifié ces accusations d' »absolument fausses » et « absurdes », et assuré n’avoir jamais touchée Kate Upton « de façon inadéquate ».

Le monde de la mode est lui aussi pris dans la tempête du mouvement anti-harcèlement #MeToo, qui a vu de nombreux hommes de pouvoir accusés de harcèlement ou d’abus sexuels dans la foulée de l’affaire Weinstein.

Plusieurs photographes de mode ultra-célèbres ont été écartés, comme Terry Richardson, Bruce Weber ou Mario Testino. Vendredi, après avoir interrogé quelque 50 mannequins, le Boston Globe a publié une grande enquête mettant en cause le comportement d’au moins 25 photographes – dont le Français Patrick Demarchelier – stylistes, directeurs de casting et autres professionnels du secteur.