90 min ou plus… / C pour vous…

Après quatre ans, c’est reparti…. la Coupe du monde de football 2018 est la 21e édition organisée par la FIFA et elle réunit les meilleures sélections nationales. Ce sera une période intense de football – 32 équipes qui jouent 64 matchs entre le 14 juin et le 15 juillet 2018. Tout comme pour les Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi, le choix de la Russie comme pays organisateur de la Coupe du monde de football de 2018 a été critiqué. Plusieurs demandes de changement du pays hôte ont été émises, principalement par des politiciens de pays occidentaux, mais ont systématiquement été refusées par la FIFA.

En effet, le dossier russe était celui qui nécessitait le plus d’investissements en termes d’infrastructures, ce qui laissait planer un doute quant à la fonctionnalité du pays pour 2018. Mais ces doutes semblent avoir disparu et le Mondial se jouera à partir du 14 juin.

L’influence de Vladimir Poutine y est certainement pour quelque chose. En tant que Premier ministre russe, il avait notamment soutenu publiquement la FIFA, dont certains membres ont été accusés de corruption dans le processus de désignation.

Cette édition de 2018 comporte aussi quelques nouveautés sportives: elle sera la première à utiliser l’assistance vidéo qui était à l’essai depuis 2016 et a déjà été utilisée dans quelques compétitions comme la Coupe des confédérations 2017 ou encore le championnat allemand. L’utilisation de l’arbitrage vidéo s’appliquera dans quatre cas: valider ou non un but, attribuer ou non un carton rouge, analyser une action pouvant valoir penalty et corriger une erreur d’identification d’un joueur sanctionné. Un autre nouvel élément réside dans le quatrième changement qui sera effectif seulement en cas de prolongations.

Malgré la polémique depuis la candidature russe, le football a un impact positif sur la majorité de la population. Pour vous donner quelques chiffres, au total, 17.040 bénévoles du Comité d’organisation et plus de 18.000 bénévoles dans les 11 villes organisatrices du tournoi seront mobilisés. A côté des bénévoles, il y aura 36 arbitres et 63 arbitres assistants de 43 pays différents qui ont été sélectionnés pour assurer les 64 matchs. Et combien de spectateurs? Je pense qu’il est impossible de chiffrer les spectateurs à travers le monde…

Et que serait un mois d’orgie footballistique sans une approche culinaire adaptée à chaque match? 32 qualifiés, ce sont aussi 32 spécialités locales et 32 bières à tester.

Alors certes, cette année il n’y aura ni les Italiens, ni les Néerlandais, ni Zizou, ni Zlatan. Mais nous observerons les miraculés du Panama, des Russes qui n’ont rien à perdre, des équipes africaines visant les demi-finales et, peut-être au bout, l’Allemagne, le Brésil, l’Espagne ou la France, vingt ans après la conquête de son premier et unique titre mondial.

Dans un mois, nous saurons qui a remporté le trophée en or…

Christine Schweich